Je vérifie que mon site n’est pas sur le coup d’une pénalité de Google

Pénalités Google

Si le monde virtuel des moteurs de recherche semble s’apparenter à une jungle sur certains de ses grands aspects, il est en réalité régi par des règles strictes. Google, Bing, Yahoo, Qwant, DuckDuckGo et autres, chaque géant a établi ses propres lois afin d’assurer une parfaite harmonie dans la gestion des SERPs et pour mieux répondre aux attentes des internautes. Donc, pour les milliards de sites présents sur la toile, la lutte fait rage pour bénéficier d’un meilleur positionnement, notamment en tête de la première page, et ainsi parvenir à avoir une meilleure visibilité. Nous allons ici uniquement parler des pénalité de Google car il reste le moteur le plus utilisé dans nos contrées.

Les pénalités infligées par Google

Cette concurrence acharnée pousse certains webmasters, référenceurs et autres experts en webmarketing et SEO à adopter certaines pratiques peu recommandables. Et, les maîtres du web condamnent sévèrement le recours à ces techniques, généralement qualifiées de « black hat », en pénalisant les plateformes concernées. Mais alors, en quoi consistent réellement ces pénalités ? Peut-on en être victime à son insu ? Voici quelques éléments de réponse.

Pénalité Google, la définition

Dans le cas de Google, les pénalités sont un ensemble de sanctions prévu pour punir et endiguer les mauvaises méthodes de référencement naturel. De fait, elles se traduisent généralement par une baisse ou même une perte de visibilité sur les SERPs. Concrètement, le non-respect des règles établi entraînera systématiquement un déclassement qui aura des répercussions considérables sur les chiffres d’affaires ou la notoriété des entreprises représentées à travers les sites présents sur la toile. Donc, il existe deux types de pénalité selon leur application et la nature des techniques SEO « black hat » utilisée.

Les pénalités manuelles

Les sanctions sont manuelles quand elles sont appliquées par des humains (des techniciens spécialisés). Chez Google, cette tâche est confiée à l’équipe de la Google Quality Team (les Quality Raters). Les experts ont pour rôle d’effectuer le suivi des contenus des plateformes. Ainsi, si après leur examen, ils constatent la présence de textes cachés et de liens factices ou encore l’utilisation abusive de mots-clés, ils peuvent directement enclencher une procédure de pénalisation.

Les pénalités automatiques ou des algorithmes Google

Dans ce cas-ci, les sanctions et une pénalité Google sont appliquées grâce aux filtres des algorithmes Google. Il est important de rappeler que Google utilise des algorithmes dans la gestion de son moteur de recherche. Ces systèmes se cachent derrière des appellations assez fantaisistes telles que Penguin, Panda, Pigeon, Phantom et autres. Cependant, ils occupent des fonctions essentielles, notamment le suivi des techniques d’optimisation SEO utilisées par les plateformes. À chaque méthode abusive constatées (backlinks de mauvaise qualité, contenu dupliqué, pages sur optimisées, bourrage de mots-clés, duplicate content, échanges excessifs de liens artificiels et autres), les réactions seront systématiques. Il est aussi possible que Google pénalise un site que n’a pas de certificat SSL.

En quoi consiste une pénalité infligée par Google ?

Comme on l’a déjà un peu rappelé précédemment, les pénalités se traduisent par une baisse du positionnement ou une perte de visibilité. Concrètement, cela peut signifier que la plateforme a subi un déclassement. Les pages sur lesquelles de mauvaises pratiques ont été constatées vont perdre des positions dans les SERPs sur une ou plusieurs requêtes.

Bien sûr, cette situation peut éventuellement être causée par des incidents techniques ou des erreurs au niveau du CMS utilisé. Il peut même arriver qu’il s’agisse tout simplement d’une mauvaise stratégie de référencement. Dans ces cas-là, une vérification (un audit) sera indispensable afin de découvrir l’origine du problème. Mais s’il s’avère qu’il s’agit d’une véritable pénalité, il faudra inexorablement retravailler le contenu ou même l’intégralité de la structure du site.

Les sanctions en cas de pénalité Google

La sanction peut également se manifester par une désindexation de la plateforme ou de certaines de ses pages. Cette forme de pénalité concerne surtout les cas de duplicate content. Et dans la pire des situations, notamment pour les sites peu scrupuleux sur lesquels on constate de nombreuses pratiques « black hat », Google peut recouvrir au blacklistage. Dans ce cas-ci, le site sera catégoriquement banni de l’indexation seo du moteur de recherche.

Comment savoir si mon site est le coup d’une pénalité de Google ?

Pour un expert bien avisé et expérimenté, le fait que le positionnement d’un site chute brutalement ou que ce dernier (ou certaines de ses pages) n’apparaît plus dans les résultats de recherche suffit pour déduire qu’il s’agit d’une pénalité. Il est aussi à noter qu’en cas de sanction manuelle, les webmasters, référenceurs et autres responsables de la gestion des sites concernés seront informés de cette décision via les outils GWT Google Webmaster Tools, notamment le support Google Search Console. Les motifs et toutes les informations sur les sanctions seront transmis en détail dans la section « Trafic de recherche ». Un formulaire de réexamen est également disponible pour permettre aux professionnels de recontacter les techniciens de Google après qu’ils aient réussi à rectifier les erreurs.

Comment sortir de ce mauvais pas ?

Le plus simple pour régler un problème de pénalité sera bien sûr de retravailler le site et de rectifier les actions pénalisées. Si les erreurs sont corrigées, la sanction manuelle devra être levée après un réexamen de la plateforme. S’il s’agit d’une pénalité automatique, la meilleure solution consistera à revoir la structure du site et son contenu en tenant compte des fondamentaux du référencement SEO (les éléments d’optimisation « on-page » et « off page »). Dans certaines situations, une refondation pourrait éventuellement être nécessaire. Mais dans un cas comme dans l’autre, il faudra pratiquement attendre la prochaine mise à jour du filtre pour constater les effets des améliorations.

Comment éviter d’être pénalisé ?

Pour éviter une pénalité, il est primordial de toujours privilégier les bonnes pratiques SEO si on veut réellement optimiser le référencement de son site de manière naturelle. Toutes les pratiques « White hat » sont présentées et expliquées dans les Guidelines de Google. En outre, les structures peuvent aussi confier la gestion de leur plateforme (site e-commerce, site d’entreprises, blog et autres) à une agence ou à des professionnels compétents. Ces derniers sauront mettre en pratique les méthodes préconisées.

Les règles d’or à respecter

Les pénalités de Google, rappelons-le, peuvent aussi bien se porter sur l’aspect on-page que le côté off-page des plateformes. Ainsi, la première règle consistera à proposer un contenu de qualité. Concrètement, les textes et supports (images, infographies, vidéos, urls) présentés doivent être pertinents et optimisés dans le respect des exigences de Google en termes de référencement naturel. Même principe avec les liens (entrants et sortants) : la qualité doit primer sur la quantité.